Frendo (août 2010)

Le samedi matin, je prenais le train de Paris pour Saint Gervais puis l’arête Grüter aux Pélerins avec Rémy. Faute de chaussons et quelques heures plus tard, l’affaire s’est finalement portée sur le Frendo avec Jean et deux piolets. Voilà qui devait mieux me convenir, a priori, et me donnait l’occasion de revenir au refuge du Plan de l’Aiguille dont les gardiens ont l’art de cuisiner un dîner sans gluten, avec notamment des desserts qui rendent jaloux les non intolérants : merci aux gardiens !

3716789840_5568a3bd0c_o

Départ vers 3h30, une approche tranquille jusqu’à la rimaye qui passe bien puis les premiers systèmes de vires du as de la voie. Juste de quoi arriver au lever du jour avec les premières difficultés. J’aime bien le style de grimpe, on progresse régulièrement. Jean parcourt la voie pour la huitième fois et la connaît comme sa poche. Petite pause au pied de la longueur la plus raide. Pas froid et pas un pet de vent : royal ! Le soleil se lève, rosit l’horizon puis illumine les séracs de la face N de l’aiguille d’un jaune d’or : superbe !

P1030126

La longueur la plus difficile, en V, est bien raide ; Jean m’aide un peu (merci !) et on continue de filer.

R0016073

La suite est moins raide, les pieds dans les fissures, ça va bien.

P1030147

Après 4h de rocher, on trouve l’arête de neige et les pentes qui mènent vers l’arête Midi-Plan. On va sortir vers la gauche et on trouve vite la glace vive. Une cordée nous a précédés quelques jours avant (merci Yannick) et a laissé quelques esquisses de marches. On tire des longueurs.

R0016111

La benne a commencé son service et emmène les alpinistes puis les touristes vers les hauteurs. Nous continuons notre progression, imaginant la réaction des touristes en benne ou de ceux qui sont dans l’hélicoptère qui nous a rendus visite plusieurs fois depuis ce matin. Il faut dire que cette voie et son arête terminale sont infiniment esthétiques et méritent le coup d’œil. Méritent surtout qu’on s’y rende et qu’on s’y fasse plaisir comme Jean et moi ce matin de fin août par une météo radieuse. Calme plat, rien à signaler à part le bruit discret de la benne et surtout notre plaisir d’être là. Avant-dernière longueur avec quelques rochers qui affleurent la glace ; on avance corde tendue. Dernière longueur, plus raide celle-là (80° ?) : relais et je monte en tapant bien les piolets, histoire de bien sentir cette glace qui mord. Les marches facilitent la montée : que du bonheur. Sortie à 11h30 sur l’arête Midi-Plan : cette voie devait-elle vraiment finir ? Ne pouvait-on ajouter encore quelques longueurs ? C’était vraiment magnifique. Mieux encore : magique.

600x450-ct579

R0016139

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.