Un mois d’août sur les traces d’ours polaires (Spitzberg)

Au cœur de l’Arctique, à mi-chemin entre le nord de la Norvège et le Pôle Nord, l’archipel du Svalbard a de quoi attirer l’amateur de terres polaires. Dans mon imagination, alimentée par une tradition familiale (voyages en 1936 (!) et 2002), il devait proposer d’immenses glaciers se jetant dans la mer ainsi qu’une banquise où se promèneraient des ours polaires.

Ours7-3

En ce milieu du mois d’août, la banquise est partie depuis longtemps et Longyearbyen nous accueille dans une ambiance lugubre : ciel plombé, sommets encapuchonnés, bruine légère, sans compter quelques bagages manquants à l’aéroport…

En dehors de 2/3 petites villes/mines encore en exploitation, il n’y a pas de vie humaine au Spitzberg. La nature règne en maître, particulièrement sauvage et hostile quand les terres polaires sont couvertes de neige et emprisonnées dans la glace. L’été offre un court répit pendant lequel la faune et le flore jouissent d’un jour permanent et de températures plus clémentes. La flore de la toundra s’épanouit.

 

102-Fleurs 101-MousseLes petites fleurs aux couleurs vives et les mousses quasiment vert « fluo » égayent la toundra

104-ChampignonsCe champignon-là, vous faites comme vous voulez, mais moi je ne le mange pas…

Les oiseaux reviennent pour nicher.

090-MouetteTridactyle

 

092-MouetteTridactyleDes mouettes tridactyles nichent sur une falaise très raide où « crise du logement » n’est pas un concept totalement dénué de fondement. Genre « casses-toi de mon nid »…

096-SterneLa sterne arctique, elle, adopte une autre tactique: les jeunes en tenue camouflage dans les cailloux, les adultes en version « torpilleur » prompts à défendre avec force coups de bec quiconque s’approche un peu trop près de leur progéniture.

Les baleines reviennent se nourrir dans ces eaux prolifiques.

110-BaleineArgh….! La baleine bleue a sorti la queue avant de plonger!

Les renards et les rennes changent de pelage.

083-Renard 088-RenardDeux jeunes renards polaires d’une même portée. Trop, trop craquants… On voudrait les mêmes en peluche!

100-RenneSi l’on regarde les bois d’un renne avec respect (voire avec compassion, eu égard à leurs poids et encombrement), on est amusé de la petite queue blanche qui remue au rythme de la marche…

Curieux, de jeunes morses jouent dans l’eau autour des zodiacs.

076-Morses« A mon signal, avancez groupés. Au top, on casse la formation d’escadrille et on attaque »…

078-Morses

Quelques phoques paressent au fond des fjords sur des glaçons charriés par les glaciers.

040-Phoque

Des jeunes s’approchent, encore naïfs.

043-Phoque

Une naïveté bien sévèrement sanctionnée puisque l’un d’entre eux finit dans la gueule du maître des lieux: l’ours polaire. Protégé au Spitzberg (non chassé), l’ours nous est apparu en pleine santé. Bien que n’évoluant pas dans son environnement naturel qu’est la banquise, il se montre capable d’adaptation et d’opportunisme, tirant parti des ressources qui se présentent.

046-OursPolaireCe jeune mâle a l’air adorable, comme cela… On rêverait de lui passer la main dans l’épaisse fourrure et lui faire des chatouilles derrière les petites oreilles toutes mignonnes…

047-OursPolaireHeu… Quoique… L’ours ne badine pas. Sa vie se résume à chasser et économiser son énergie entre deux repas… 

055-OursPolaireD’ailleurs… Il a attrapé ce jeune phoque barbu en plein mer, un domaine où il n’est pourtant pas le plus agile…

059-OursPolaireReste à le mettre en sécurité, si possible hors de portée de mâles dominants qui, attirés à distance par l’odeur, gagneraient un repas gratuit en contrepartie d’une non-agression 

Dans le paysage relativement alpin de la partie nord-ouest de l’archipel, les glaciers sont innombrables et de standard davantage nord-américain qu’européen. Visiter le fond des fjords permet de longer des fronts glaciaires de plusieurs dizaines de mètres de hauteur et plusieurs kilomètres de largeur.

015-BaieRoiBlomstrandGl 016-Esmark

La glace et les montagnes alentour se reflètent dans une mer souvent lisse comme un miroir. Le calme absolu, aucun autre bruit que quelques craquements du glacier et la chanson des glaçons: « pop » « pop » « pop », au rythme de l’éclatement des bulles d’air. La couleur bleue de la glace, parfois en dégradé, ressort d’autant mieux que le ciel est couvert. Le soleil, s’il éclaire avantageusement le ciel, rend la glace uniformément blanche.

038-Monaco11

Des oiseaux pêchent près de glaçons charriés par le glacier, dont la base est colonisée par des algues et des micro-organismes.

029-PecheOiseaux La pêche version oiseau arctique. « Otez-vous de là que je m’y mette… » 

031-PecheMouetteT
La mouette tridactyle en plein effort, lumbago garanti en dépit d’une souplesse cervicale et dorsale admirable

Le jeune sterne vient de recevoir sa pitance (un poisson) et prend son envol032-Sterne033-Sterne

Fin août, le soleil se couche à nouveau pour la première fois depuis six mois. Dans un peu plus de deux mois, la nuit polaire s’installera de nouveau pour quatre longs mois. Les sternes seront reparties pour leur interminable voyage: elles couvrent plus de 70.000km par an. Les ours repartiront au nord sur la banquise. Avant de revenir pour un nouvel été…

113-SoleilMinuit

 

Plus d’aventure à venir avec les ours…

Plus d’images sur l’album « Spitzberg », en bas à droite de la page d’accueil

2 thoughts on “Un mois d’août sur les traces d’ours polaires (Spitzberg)

  1. merci Dorothée! certaines peuvent réjouir des enfants, d’autres sont plus difficiles, montrant que la loi de la nature est sans pitié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.